Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Date d'inscription : 10/07/2017
Messages : 3
Date de naissance : 26/05/1993
Age : 24

Identité du personnage
Nom du personnage: Asrat
Métier principal: Alchimiste
Métier secondaire: Agriculteur
Voir le profil de l'utilisateur

Asrat

le Lun 10 Juil - 19:38



Nom du personnage :
Asrat
Age :
Inconnu, moins de trente ans
Ethnie :
Zamorienne
Religion :
Bel
Alignement :
Chaotique neutre
Métier :
Alchimiste



Taille :
170cm
Poids :
60kg
Apparence :
Muscles secs, cheveux longs et bruns, une cicatrice sur la pommette gauche due à un coup de poing un peu violent
Personnalité :
Méfiante et égoïste, peu dévote et méprisante à l’égard de ceux qui le sont, impitoyable envers elle-même et avec ses proches comme avec ses ennemis, elle dispose de très peu d'empathie.


Les entrailles de Shadizar ont servi de tanière à Asrat -à défaut de demeure- d'aussi loin qu'elle s'en rappelle. A vivre au jour le jour, l'enfant puis la femme n'a pas même pris la peine de compter les années écoulées. Seulement les jours: un de plus, et c'était déjà bien. Il n'y avait de place dans cette existence ni pour les projets, ni pour la morale, et Asrat a accompli autant de tâches ingrates, dangereuses, avilissantes et cruelles qu'on voulait bien lui en confier. Si c'était le prix à payer pour survivre un jour de plus, elle était prête à faire cet effort. Elle a volé, triché, menti, trompé, trahi, tué, corrompu des gardes, enlevé des enfants, enchaîné des étrangers pour le compte d'esclavagistes... Elle a méprisé ses employeurs -chacun d'eux- et accompli leurs souhaits sans broncher, sans cesser de maudire les crevures qu'ils étaient, sans jamais accuser la crevure qui leur obéissait. On n'avait pas de temps pour l’apitoiement, à l'ombre de Shadizar; pas de temps pour la conscience. Avec le temps, elle ne bronchait même plus face aux tâches les plus viles: sa vie n'avait que la valeur qu'elle voulait bien lui donner. La valeur de tout ce qu'elle oserait sacrifier pour la prolonger un jour de plus.
C'était sacrément beaucoup.
Ça avait fonctionné plus de deux décennies, avant que tout foire sans prévenir.

La magouille était pourtant simple: voler deux esclaves appartenant à l'un des pontes de la cité. Le genre de tâche qui s'inscrivait dans un plan plus vaste, sur lequel elle n'avait pas questionné son employeur. Sa diversion fonctionnait, Asrat s'était approchée de la cage et s'apprêtait à libérer les esclaves et à les entrainer avec elle dans les ruelles de Shadizar où l'on peinerait à les retrouver. Lorsqu'elle saisit les barreaux, cependant, ce ne furent pas deux, mais douze esclaves qu'elle découvrit à l'intérieur de la cage. Douze, c'était bien trop pour espérer s'enfuir en courant.
Son salut s'était présenté sous la forme d'un marchand Kushite à la naïveté confondante. Mettant un nouveau plan d'évasion au point, Asrat endossa le rôle de marchand d'esclave et vendit au Kushite le lot de douze qu'il lui fallait voler. Si le Kushite parvenait à emmener -à son insu- les douze esclaves volés hors du marché, Asrat le dépouillerait quelques rues plus loin. Le tour serait joué.

Elle n'avait pas prévu que l'esclavagiste -le vrai- reviendrait lorsqu'il le fit. Ni que ses gardes l’assommeraient à grand coup de massue. Lorsqu'elle se réveilla à son tour dans une cage, le Kushite malchanceux à ses côtés, Asrat s'attendait à être vendue à son tour. Ce n'est qu'en voyant ses geôliers dresser pour eux deux croix de bois, au milieu du désert, qu'elle commença réellement à regretter sa magouille.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum